Sages-Femmes@UL


RSS Souscrire via RSS

0Commentaire

« Contraception et risque thrombo-embolique » / BMJ, avril 2011

Sujets: Presse

Tous les jours, Mediscoop vous informe de l’actualité de la Médecine dans la presse quotidienne nationale et régionale. Inscription gratuite sur le site de la Société Française de Médecine Périnatale.

 

« Contraception et risque thrombo-embolique » / BMJ, avril 2011

Bien que le risque d’accidents thrombo-emboliques veineux idiopathiques soit faible, il semble 3 fois supérieur sous contraceptif à base de drospirenone que sous pilule contenant du levonorgestrel. Des chercheurs épidémiologistes néozélandais et américains viennent de publier, dans le British Medical Journal, les résultats d’une étude cas témoin réalisée au sein d’une cohorte populationnelle de consultantes de médecins généralistes britanniques.

Alors que les risques d’accident thrombo-embolique majorés sont connus avec les contraceptifs oraux associant le desogestrel, le gestodene ou l’acétate de cyproterone, peu de données sont disponibles sur un nouveau progestatif : la drospirenone. A partir de la base de données de la « UK General Practice Research Database », les auteurs ont voulu étudier le risque thrombo-embolique chez les femmes traitées par drospirenone.
Entre mai 2002 et septembre 2009, les femmes âgées de 15 à 44 ans, qui ne présentaient pas de facteurs de risque de thrombose et qui commençaient une contraception par voie orale à base de 30µg d’œstrogène associé soit à de la drospirenone, soit à du levonorgestrel ont été incluses aux analyses.
Au total, le risque d’accidents thrombo-embolique, ajusté sur la masse corporelle, était 3,3 fois plus élevé chez les femmes sous drospirenone. Le taux d’incidence brut d’accident thrombo-embolique était de 23,0 pour 100 000 femme-années (IC95%= [13,4 ; 36,9]) pour les femmes prenant de la drospirenone et 9,1 (IC95%= [6,6 ; 12,2]) chez celles traitées par levonorgestrel. L’indication, la durée du traitement (1ère utilisation ou prescription itératives) et les facteurs confondants ne semblaient pas être à l’origine de cette différence.
Pour conclure, les auteurs soulignent la nécessité de réaliser une revue de la littérature pour confirmer ces résultats.

Dr Caroline Puech

Références :
Parkin L, Sharples K, Hernandez RK, Jick SS.
Risk of venous thromboembolism in users of oral contraceptives containing drospirenone or levonorgestrel: nested case-control study based on UK General Practice Research Database.
BMJ. 2011 Apr 21;342:d2139.
[Retrouvez l’abstract en ligne]

Leave a Reply