Sages-Femmes@UL


RSS Souscrire via RSS

0Commentaire

« La recherche sur l’embryon restera interdite en France » / La Croix, Le Parisien, le 10 juin 2011

Sujets: Presse

Tous les jours, Mediscoop vous informe de l’actualité de la Médecine dans la presse quotidienne nationale et régionale. Inscription gratuite sur le site de la Société Française de Médecine Périnatale.

« La recherche sur l’embryon restera interdite en France » / La Croix, Le Parisien, le 10 juin 2011

La Croix note que « lors de l’examen en deuxième lecture du projet de loi de bioéthique, le Sénat a renoncé hier à autoriser la recherche sur l’embryon. Le vote étant conforme à celui des députés, il s’agit de la version définitive du texte », précise le quotidien.
Le journal retient ainsi qu’« après de multiples rebondissements, […] la recherche sur l’embryon restera finalement interdite en France ».
La Croix explique que « c’est hier matin que tout s’est joué au palais du Luxembourg. À la reprise de la séance, les élus devaient aborder en deuxième lecture l’article 23, l’un des plus débattus du projet de loi. En commission, lundi, les sénateurs avaient remanié cet article, en levant l’interdiction de la recherche sur l’embryon. Beaucoup d’entre eux espéraient donc qu’en séance publique, le vote irait dans le même sens, celui d’une autorisation encadrée, réclamée par la plupart des chercheurs ».
« Dès 9 h 30, l’ambiance dans l’hémicycle était tendue. Sur les bancs, les uns craignaient «que la loi ne dicte la vérité scientifique» tandis que les autres s’insurgeaient contre «la transgression anthropologique» d’une autorisation de la recherche », poursuit le journal.
Le quotidien note que « la discussion fut si vive qu’aucun autre sujet ne sera abordé au cours de la matinée. À l’heure du déjeuner, l’amendement de Jean-Claude Gaudin, président du groupe UMP, qui rétablit l’interdiction assortie de dérogations, était finalement adopté in extremis à quelques voix près ».
Le Parisien constate quant à lui que « le Sénat dit non à la recherche sur l’embryon ». Le journal évoque un « coup de théâtre » et indique que « l’amendement a été voté par 164 voix contre 161 ».
Le quotidien note : « Fait inédit, le rapporteur UMP du texte, Alain Milon, a voté contre l’amendement », et a déclaré : « C’est à mon sens dramatique pour les chercheurs ».
Le Parisien cite en outre Bernard Cazeau (PS), qui a remarqué : « La rupture est consommée entre les chercheurs et les malades d’un côté, et une sphère conservatrice de l’autre », évoquant « une victoire de l’antiscience et du mensonge ».

Leave a Reply