Sages-Femmes@UL


RSS Souscrire via RSS

0Commentaire

Le dépistage de la surdité à la naissance suscite diverses oppositions / La Croix

Sujets: Presse

Tous les jours, Mediscoop vous informe de l’actualité de la Médecine dans la presse quotidienne nationale et régionale. Inscription gratuite sur le site de la Société Française de Médecine Périnatale.

Le dépistage de la surdité à la naissance suscite diverses oppositions / La Croix, 13 avril 2011 :

La Croix note que « la proposition des députés UMP d’instaurer le dépistage des troubles de l’audition dans les maternités doit être examinée à nouveau cette semaine dans le cadre d’un texte sur l’hôpital ».
Le journal rappelle en effet qu’« en novembre, l’Assemblée nationale avait déjà adopté une proposition de loi prévoyant la mise en place d’un repérage de la surdité dans les maternités. Ce texte devait ensuite passer au Sénat. Mais face à l’encombrement du calendrier parlementaire, il s’est retrouvé dans les tiroirs ».
La Croix observe qu’« en moyenne, le diagnostic de la surdité en France est aujourd’hui posé entre 16 et 18 mois. Un stade bien trop tardif pour les médecins, qui estiment nécessaire une prise en charge plus précoce. […] Le texte de l’UMP propose la généralisation dans les maternités d’un repérage de la surdité dans les jours suivant la naissance ».
Le quotidien précise toutefois que « ce texte suscite diverses oppositions », et cite la Fédération nationale des sourds de France, qui a indiqué : « La surdité n’est pas un handicap en soi, et la déficience surtout pas une étiquette à poser sur un nourrisson ».
La Croix ajoute que « pour ces opposants, le test de repérage présente un problème de fiabilité ». Charlotte Brun, secrétaire nationale du PS au handicap et à la dépendance, déclare que « dans environ 20% des cas, il donne des faux positifs. Une fois sur 5, on risque donc d’annoncer, à tort, aux parents, que leur enfant est sourd. […] En outre, le séjour à la maternité n’est pas le moment propice pour ce genre d’annonce. En moyenne, les femmes sortent au bout de 3 jours sans véritable accompagnement ».
« Il est démontré que beaucoup de parents, qui apprennent la surdité de leur bébé, cessent de lui parler et donc de communiquer avec lui y compris par des gestes ou le toucher », continue la responsable.
« De son côté, [la pédiatre et députée] Edwige Antier affirme que le test de repérage ne présente que 2 à 3% de faux positifs », remarque le journal. La spécialiste déclare qu’« informer très tôt les parents permet au contraire de leur donner des clés pour communiquer avec leur bébé ».

Leave a Reply